Accueil

Bienvenue sur le site officiel de SMIC.

Pionnière au Cameroun dans le domaine des migrations, SMIC s’est donnée au départ pour objectif principal de réfléchir sur les problèmes liés aux migrations irrégulières notamment sur la lutte contre la migration clandestine au départ du Cameroun.

Nos origines

La prise de conscience

L’idée de SMIC remonte à 2003. Elle est partie d’une série récurrente d’actualités relatives aux clandestins. En effet, le 31 juillet 2003, un africain âgé de 23 ans est retrouvé mort gelé dans le train d’atterrissage d’un avion à l’aéroport de Roissy à Paris. Moins de deux semaines après, la méditerranée se transforme en un cimetière pour des centaines d’africains. En 2005, l’enclave de Melilla et Ceuta est le théâtre d’une vague d’exactions sur des ressortissants africains, candidats à l’émigration clandestine mais stoppés net par les autorités espagnoles bloquant l’accès à leurs frontières. Ces africains n’hésitent pas à quitter leur terre d’origine et risquer leur vie pour se mettre en quête d’un hypothétique eldorado européen. C’est donc cet afflux d’informations en rapport avec le même sujet couplé à une volonté d’agir qui ont conduit trois jeunes à créer en 2004, une association baptisée SMIC (solutions aux migrations clandestines) qui sera légalisée deux ans plus tard, le 29 Mai 2006 par décision N° 000523 /RDA/J06/BAPP, afin de proposer au public des alternatives au phénomène de l’émigration clandestine. Depuis lors l’organisation compte 35 membres et une multitude de sympathisants.

À propos de

La prise de conscience

L’idée de SMIC remonte à 2003. Elle est partie d’une série récurrente d’actualités relatives aux clandestins. En effet, le 31 juillet 2003, un africain âgé de 23 ans est retrouvé mort gelé dans le train d’atterrissage d’un avion à l’aéroport de Roissy à Paris. Moins de deux semaines après, la méditerranée se transforme en un cimetière pour des centaines d’africains. En 2005, l’enclave de Melilla et Ceuta est le théâtre d’une vague d’exactions sur des ressortissants africains, candidats à l’émigration clandestine mais stoppés net par les autorités espagnoles bloquant l’accès à leurs frontières. Ces africains n’hésitent pas à quitter leur terre d’origine et risquer leur vie pour se mettre en quête d’un hypothétique eldorado européen. C’est donc cet afflux d’informations en rapport avec le même sujet couplé à une volonté d’agir qui ont conduit trois jeunes à créer en 2004, une association baptisée SMIC (solutions aux migrations clandestines) qui sera légalisée deux ans plus tard, le 29 Mai 2006 par décision N° 000523 /RDA/J06/BAPP, afin de proposer au public des alternatives au phénomène de l’émigration clandestine. Depuis lors l’organisation compte 35 membres et une multitude de sympathisants.

Actualités

Compte rendu du mini festival droits de l’Homme

Compte rendu du mini festival droits de l’Homme Dans le cadre de la 70e journée Internationale des Droits de l’Homme (JIDH), il a été organisé par la Commission Nationale des Droit de l’Homme et des Libertés (CNDHL) en partenariat avec la Commission Nationale des Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique Centrale (CNUDHD-AC), l’Organisation …

Jean Asselborn à la Conférence intergouvernementale sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, à Marrakech

Sur invitation du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l’Immigration et de l’Asile, Jean Asselborn, s’est rendu à Marrakech afin de participer à la Conférence intergouvernementale sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, les 10-11 décembre 2018. La conférence de Marrakech …

Le pacte mondial sur les migrations de l’ONU formellement approuvé à Marrakech

Par LIBERATION, avec AFP — 10 décembre 2018 à 11:18 Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à son arrivée à la conférence des Nations unies consacrée au pacte sur les migrations, le 10 décembre 2018 à Marrakech (Maroc) Photo FETHI BELAID. AFP Le texte qui a soulevé les critiques des nationalistes et des partisans de la fermeture des …

Contact

Solutions aux Migrations Clandestines [SMIC]
Organisation non gouvernementale (ONG)

Adresse:
Immeuble HAJAL, Porte 601, Carrefour Warda
Yaoundé
CAMEROUN

Téléphone: 00237 677 78 12 36
Tél. mobile: 00237 696 31 15 79