Les députés italiens adoptent la loi anti-migrants souhaitée par Matteo Salvini

Le texte durcit la politique d’immigration du pays en réorganisant le système d’accueil des demandeurs d’asile ou en prévoyant une procédure d’urgence afin de pouvoir expulser tout demandeur se montrant « dangereux ».

Sous l’impulsion du ministre de l’intérieur d’extrême droite Matteo Salvini, la Chambre des députés italienne a adopté mercredi 29 novembre un décret-loi durcissant la politique d’immigration, après le Sénat début novembre et dans les mêmes termes.

Le texte remplace notamment les permis de séjour humanitaires, actuellement octroyés à 25 % des demandeurs d’asile et d’une durée de deux ans, par divers autres permis, comme celui de « protection spéciale », d’une durée d’un an, ou de « catastrophe naturelle dans le pays d’origine », d’une durée de six mois, entre autres. Il prévoit également une procédure d’urgence afin de pouvoir expulser tout demandeur se montrant « dangereux ».

Un homme rassemble ses affaires alors que la police évacue un campement de migrants, à Rome, le 13 novembre.
Un homme rassemble ses affaires alors que la police évacue un campement de migrants, à Rome, le 13 novembre. MASSIMO PERCOSSI / AP

Il réorganise aussi le système d’accueil des demandeurs d’asile, qui étaient encore 146 000 fin octobre et seront regroupés dans de grands centres par mesures d’économie. Dans le volet sécurité, il généralise l’utilisation des pistolets électriques et facilite l’évacuation des bâtiments occupés.